Polymère : Le mokume gane & la peinture sur relief

La technique du Mokume Gane

colliers

Le Mokume Gane est une technique vieille d’environ 500 ans, et vient du Japon. Elle était utilisée pour les ornements des épées des Samouraïs. Depuis, cette technique a été déclinée et adaptée pour divers matériaux. Celle qui nous intéresse bien sûr, c’est la pâte polymère.

Très simple, cette technique permet d’obtenir de jolies nuances de couleurs.

mokumeLes étapes :

Dans un premier temps, il faut réaliser plusieurs plaques de couleurs différentes. J’ai choisi pour ma part du violet, du rouge corail, du bleu et du bordeaux.

Puis, il faut disposer ces plaque les unes sur les autres, les recouper par le milieu, les superposer, les recouper, les superposer, autant de fois que l’on veut, mais pas trop non plus pour que les couleurs ne se mélangent pas (entre 4 et 6 fois au mieux) jusqu’à obtenir un rectangle de pâte assez épais.

A l’aide d’emporte-pièce, de lame, de cure dent, le but est de venir découper la pâte pour réaliser une décoration qui va venir déformer la pâte et former des motifs de couleurs aléatoires au moment de la découpe.

Avec une lame ondulée, j’ai découpé le rectangle dans la diagonal. D’un côté j’ai fait des petits points avec un cure-dent, et de l’autre des petits traits avec un cutter.

A l’aide d’une lame souple, je suis venue découper le rectangle en tranche fine que j’ai disposées sur une plaque de couleur unie. J’ai lissé la surface et découpé des formes géométriques qui deviendront des pendentifs.

etape2La peinture sur relief

Une fois ces pendentifs formés, on peut alors choisir de les cuir et les monter en colliers. Mais pour ma part, j’ai voulu rajouté un effet de matière.

J’ai donc texturé mes pendentifs avec divers outils, j’ai fait des petits points, des traits, des ondulations, bref, j’ai hachuré un peu tout ça !

Ensuite, direction le four pour 30 minutes de cuisson.

Et c’est là que la peinture entre en jeu : j’ai entièrement peint en noir mes pendentifs, et j’ai essuyé cette peinture avec de l’essuie tout dans un premier temps. De cette façon, la peinture reste dans le creux des reliefs, et la surface garde la couleur de base de la polymère.

L’essuie tout ne suffit cependant pas à bien enlever la peinture, surtout la noir, il faut donc venir poncer la surface du pendentif.

etapesEt vous obtenez de jolis pendentifs avec un relief bien mis en valeur !

Ces deux techniques permettent un grand nombre de styles différents.

Voici d’ailleurs un aperçu d’une parure de bijoux et d’une barrette que j’ai réalisé en base de pâte polymère noir avec de la peinture blanche.

autresbijoux

Publicités

Chibi Harry Potter et Vif d’or

Progression d’un Chibi Harry Potter en pâte polymère

Avec son Vif d’or

Mon porte-clé était cassé depuis quelque temps, c’était donc l’occasion pour moi de m’en fabriquer un sur mesure.

Je me suis alors lancée dans la fabrication d’un chibi Harry Potter, ce que je n’avais jamais fait !

Résultat ? Pas si simple !

IMG_5561

On commence par la tête. Tout le problème réside dans les traces de doigts. Je ne supporte pas les gants, alors j’ai fais comme j’ai pu pour effacer les traces en passant doucement le doigt sur le fimo avant de mettre de côté pour la cuisson.

Les détails dans les chibi sont tout de suite sont extrêmement précis, le contour des lunettes d’ailleurs est moyennement réussi, pas très régulier.

Les cheveux sont assez sympa à réaliser, de mèche en mèche. J’aurais pu faire la cicatrice en fimo, mais je sentais venir les ennuis, alors elle sera faite après cuisson, à la peinture.

J’ai ensuite insérer dans la tête deux armatures en fil de fer : une pour encastrer le corps, et une pour accrocher le chibi.

15 min au four !

IMG_5562

Ensuite viens la réalisation du corps, un peu plus simple, mais le noir tâche beaucoup, il faut faire attention.

Une première partie pour la base du corps se fait en formant un boudin plus fin en haut, plus large en bas.

On ajoute ensuite deux petits boudins de chaque côté pour les bras, de la même couleur que la tête, et une couche fine de noir pour former la robe.

J’ai fixée une petite cape noire dans le dos.

IMG_5570IMG_5572

Avant la cuisson finale, la dernière étape a été de fabriquer une petite écharpe Gryffondor rouge et jaune. J’ai créé un petit effet d’écharpe au vent en lui donnant du mouvement.

Après cuisson : le détail de la cicatrice à la peinture, et le vernissage des yeux et de la monture des lunettes.

Résultat, un Harry Potter a l’air un peu surpris !

Mais je suis assez contente pour un premier. D’autres suivront.

IMG_5575

Réalisation du vif d’or

IMG_5578 IMG_5577

J’ai d’abord former une boule jaune sur laquelle j’ai sculptée des motifs abstraits.

Puis les deux ailes dans lesquelles j’ai inséré du fil de fer pour pouvoir les rattacher facilement à la boule du vif d’or.

Une fois le tout assemblé et cuit au four. J’ai passer une couche de peinture jaune, et blanche pour unifier et donner un côté velouté.

IMG_5579

Et voilà le résultat final !